ELCS
>> ELCS >> ELCS
Association Elus Locaux Contre le Sida

Communiqué de presse du 22 septembre 2010 : ELCS réclament la fin de l’attentisme sur la question des salles de consommation à moindre risque !

Mercredi 22 Septembre 2010

Communiqué de presse du 22 septembre 2010 : ELCS réclament la fin de l’attentisme sur la question des salles de consommation à moindre risque !
Communiqué de presse du 22 septembre 2010

Jean-Luc Romero et Eddie Aït réclament la fin de l’attentisme
sur la question des salles de consommation à moindre risque !


Jean-Luc Romero, président d’Elus Locaux Contre le Sida, conseiller régional Ile-de-France et Eddie Aït, vice-président d’ELCS et président du groupe PRG au Conseil régional d’Ile-de-France attendent avec impatience les conclusions du rapport de l’association ESPT sur les salles de consommation à moindre risque, rapport qui va être rendu public le 24 septembre.

Ils rappellent que le Conseil régional Ile-de-France et la mairie de Paris avaient pris leurs responsabilités d’acteurs de santé en finançant cette étude préalable. Selon les dernières informations, ce rapport conclut à l’utilité de l’expérimentation de ces structures en France en tant qu’outils de prévention et d’accès aux soins.

Jean-Luc Romero et Eddie Aït réclament désormais la fin de l’attentisme sur cette question : certes une mission parlementaire a été créée sur le sujet, mais quel pourra être sa marge de manœuvre alors que le Premier ministre a déjà déclaré qu’il était contre toute avancée dans ce domaine ?

Jean-Luc Romero et Eddie Aït rappellent que toutes les preuves scientifiques - comme l’affirme le rapport INSERM du 30 juin 2010 - attestent l’intérêt de ces structures, que 6 de nos voisins européens ont mis en place ces salles avec succès que ce soit en termes de santé que d’ordre public, que la moitié des français est favorable à l’expérimentation de ces structures. Qu’attendent alors les pouvoirs publics ?

Jean-Luc Romero et Eddie Aït le disent très clairement : refuser l’expérimentation des salles de consommation à moindre risque revient à se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger. Ils réclament en lieu et place de l’immobilisme idéologique et dangereux, un pragmatisme efficace et efficient.