Association Elus Locaux Contre le Sida
>> ELCS >> ELCS
Association Elus Locaux Contre le Sida

Dépêche AFP, jeudi 14 février 2008

Vendredi 15 Février 2008

La France maintient le recours systématique au préservatif.


Dépêche AFP, jeudi 14 février 2008

Avis suisse sur le sida: la France maintient le recours systématique au préservatif
SANTÉ-MÉDECINE-SIDA - 14/02/2008 15h51 - AFP



PARIS, 14 fév 2008 (AFP) - Les autorités sanitaires françaises ont décidé de "maintenir la recommandation d'utiliser systématiquement un préservatif" pour prévenir la transmission du VIH/sida, en dépit d'un avis de médecins suisses estimant que cette précaution pouvait être levée à certains conditions.
Le Bulletin des médecins suisses a publié le 30 janvier un article intitulé "les personnes séropositives ne souffrant d'aucune autre maladie sexuellement transmissible et suivant un traitement antirétroviral efficace ne transmettent pas le VIH par voie sexuelle", rappelle jeudi un communiqué de la Direction générale de la Santé française.
Sur la base d'études effectuées en Espagne, au Brésil et en Ouganda, la Commission fédérale suisse du sida estimait qu'une personne contaminée par le VIH et bénéficiant d'une thérapie antirétrovirale efficace ne transmet pas le virus du sida au cours de rapports sexuels. Elle en tirait la conclusion qu'un couple au sein duquel un des deux partenaires est infecté par le VIH et l'autre pas (couple sérodifférent) pouvait décider de renoncer aux mesures de protection à 3 conditions: la thérapie doit être suivie scrupuleusement, doit avoir supprimé les virus dans le sang depuis 6 mois, et aucune autre infection sexuellement transmissible ne doit être présente.
La Direction générale de la santé observe toutefois dans son communiqué que "parallèlement, l'Office fédéral suisse de la santé publique continue à prôner l'usage du préservatif comme moyen sûr et quasi universel de prévention". En outre, aussi bien l'Onusida que l'OMS et les centres de contrôle américains jugent qu'il faut poursuivre la recherche pour savoir si la charge virale permet de prévoir le risque de transmission du virus.
La DGS a demandé au groupe d'experts qui doit actualiser d'ici juillet les recommandations sur la prise en charge des personnes porteuses du VIH de réfléchir aussi à la question.
En attendant, elle maintient ses recommandations d'usage "systématique" du préservatif "en toutes circonstances pour les rencontres occasionnelles, pour les couples stables tant que le statut sérologique des partenaires est inconnu ainsi que pour les couples sérodifférents".

mpf/vm/sh



Christophe MICHEL




Inscription à la newsletter