ELCS
>> ELCS >> ELCS
Association Elus Locaux Contre le Sida

Dépêche AFP, le 29 juillet 2008

Mardi 29 Juillet 2008

Dépêche AFP, le 29 juillet 2008
PARIS, 29 juillet 2008 (AFP) - Jean-Luc Romero, président de "Elus locaux contre le sida", a dénoncé mardi, avant la conférence mondiale sur le sida, le fait que cette maladie continuait à être considérée comme "honteuse" dans de nombreux pays qui restreignent la liberté de circulation des séropositifs.

M. Romero a estimé lors d'un point de presse, peu avant la 17e Conférence mondiale sur le sida, que "la décision imminente des Etats-Unis de levée l'interdiction d'entrée et d'installation va être importante pour d'autres pays qui appliquent ces discriminations graves" tout en déplorant que la France ne soit par représentée au niveau ministériel pour la conférence de Mexico début août. "La présence du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner s'impose", a commenté M. Romero, assurant que sous Jacques Chirac les gouvernants français étaient "plus investis sur ces questions".

Il a par ailleurs appelé à "concentrer la pression sur la Chine à l'occasion des Jeux olympiques d'août", espérant que "la France, qui est aussi présidente de l'Union européenne", aurait "une parole forte" sur l'absence de liberté de circulation des séropositifs en Chine.

Près de la moitié des pays membres de l'Onu restreignent la liberté de circulation des séropositifs et 13 pays - Arabie saoudite, Arménie, Bruneï, Chine, Corée du sud, Etats-Unis jusqu'à l'application du vote du Sénat, Irak, Libye, Moldavie, Oman, Qatar, Russie, Soudan - interdisent totalement l'entrée de leur territoire, même pour un court séjour touristique, rappelle l'association.

Elle relève également que des restrictions existent au sein de l'Union européenne pour les non ressortissants, notamment pour les séjours de plus de trois mois dans 13 Etats sur 27 (dont Autriche, Bavière (sud de l'Allemagne), Chypre et Slovénie).

Des discriminations existent également à l'égard des séropositifs en Grande-Bretagne et Belgique, a souligné M. Romero, parlant notamment de tests pratiqués dans les ambassades africaines pour les étudiants.

L'association note que d'autres pays ont mis en place des législations "très ambiguës" sur la circulation des personnes touchées par le VIH/sida, notamment la Bulgarie, la Grèce, la Hongrie, la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie et la Suède.

"Il est terrible en 2008 que dans tous ces pays les séropositifs soient encore considérés comme ayant une maladie honteuse", a ajouté M. Romero, parlant de "pratiques d'un autre âge".

il/ed/sh