Association Elus Locaux Contre le Sida
>> ELCS >> ELCS
Association Elus Locaux Contre le Sida

Dépêche AFP, mardi 15 juillet 2008

Mercredi 16 Juillet 2008

PARIS, 15 juillet 2008 (AFP) - La décision du laboratoire pharmaceutique suisse Roche de suspendre la recherche sur de nouveaux médicaments contre le sida est 'désespérante pour les 33 millions de malades', a estimé mardi l'association Elus locaux contre le sida (ELCS).
Tout en reconnaissant que la décision 'relève naturellement du droit le plus strict d'une entreprise privée', l'association déplore une 'annonce à la forme et au contenu désespérante pour les 33 millions de malades'.


Dépêche AFP, mardi 15 juillet 2008
'La direction de Roche rend publique son incapacité, dans les 5 ou 6 prochaines années, à trouver de meilleures thérapies', constate l'association. 'De ce fait, si elle était suivie par les dirigeants des autres laboratoires impliqués dans la recherche sur le VIH, elle condamnerait les personnes séropositives à aller au bout de leurs traitements puis, en état d'échappement thérapeutique, à mourir, faute de nouvelles thérapies', poursuit ELCS.
Jean-Luc Romero, président d'ELCS, 's'étonne qu'un groupe de chercheurs, dont le métier, par définition, est d'explorer toutes les voies et de ne jamais être sûr d'un résultat avant qu'il ait été cliniquement avéré, ait acquis la certitude absolue de ne rien trouver'. Il rappelle que la plupart des grandes découvertes 'ont été faites par hasard'.
Selon lui, la décision de Roche met en lumière 'l'incapacité de la puissance publique et notamment l'Europe, aujourd'hui, à assumer son devoir à mener une recherche appliquée de haute qualité et à avoir une parole forte en matière de sida, ainsi que les limites de la délégation dans une telle matière'.
mpf/gcv/sd

--------------------------------------------------------------------------------
© 1994-2008 Agence France-Presse

Christophe MICHEL




Inscription à la newsletter