ELCS
>> ELCS >> ELCS
Association Elus Locaux Contre le Sida

Discours de M.le Président d'ELCS, M.Jean-Luc Romero en cloture des 10 ans de la FNH-VIH, le vendredi 19 juin 2009 à l'Hôtel de Ville de Paris

Vendredi 19 Juin 2009

Discours de M.le Président d'ELCS, M.Jean-Luc Romero en cloture des 10 ans de la FNH-VIH, le vendredi 19 juin 2009 à l'Hôtel de Ville de Paris
Discours de M.le Président d'Elus Locaux Contre le Sida,
M. Jean-Luc ROMERO

Gala des 10 ans de la FNH-VIH
Hôtel de ville de Paris – Vendredi 19 juin 2009


Madame la présidente,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Nous le savons, nous qui sommes des acteurs de la lutte contre le VIH/sida, autant, avant l’arrivée des trithérapies, la lutte contre le sida était plus un accompagnement vers la mort qu’autre chose, autant, après l’arrivée des traitements, le changement a été très fort. C’est bien un accompagnement vers la vie que nous faisons. Il n’est plus question que de maladie et de problèmes médicaux mais bel et bien de travail, de logement, de précarité de discriminations. Il est question de la vie, de projets de vie, de place de la personne séropositive dans la société.

Les associations gestionnaires d’hébergements : une détermination sans faille malgré le manque de moyens

Vous tous travaillez sur la problématique de l’hébergement. C’est souvent un point douloureux dans l’histoire personnelle d’une personne. C’est douloureux pour les malades mais également très sensible pour les professionnels qui ne trouvent jamais selon eux une solution qu’ils trouvent parfaitement adaptés. Les professionnels de ce secteur sont très exigeants envers eux-mêmes ! Alors, certains pourraient dire qu’ils bricolent. Moi ce que je vois, aussi bien en tant que président d’Elus Locaux Contre le Sida qu’en tant que directeur des solidarités d’une commune de l’Essonne, c’est que vous, associations, vous agissez, certes pas avec toutes les crédits dont vous auriez besoin, mais avec conviction, humanisme et une détermination sans faille.

10 ans de la FNH-VIH : 10 ans de combat

La FNH-VIH fête ses 10 ans. 10 ans à être force de proposition pour le politique, à être l’interlocuteur des pouvoirs publics, 10 ans à former et à être centre « ressource ». Un anniversaire, je pense que vous serez d’accord avec moi, permet de faire le bilan du passé mais aussi se projeter dans le futur.

Ce futur s’annonce complexe mais également passionnant pour la FNH-VIH. Les défis sont de taille : augmenter le nombre de places en ACT, améliorer la fluidité du système, mieux prendre en charge certains groupes notamment les accompagnants ou les sortants de prison, réfléchir à de nouvelles prises en charge suite au vieillissement des hébergés…

Une réflexion globale sur l’accès au logement social et le maintien dans le logement

Au-delà des hébergements spécialisés, il nous faut tous réfléchir à l’accès au logement notamment social : les collectivités locales devraient prendre exemple sur ce qui a été créé à Paris avec la plateforme interassociative pour le logement Sida. Autre priorité : le droit au logement opposable. Belle idée qui peut servir notamment au maintien dans le logement des malades mais quelle complexité !

La crise, ça n’a qu’un temps, la séropositivité, c’est à vie

Je vais conclure par ces quelques mots qui s’adressent au monde politique : le militantisme des professionnels du secteur est grand, l’envie d’aider est forte, la détermination sans faille. Il ne faut pas que les élus se refugient derrière des excuses globales pour affronter le problème du logement des personnes malades comme on l’entend trop souvent : je pense notamment à la fameuse crise dont nous parle à longueur de journée mais aussi des problèmes de logement qui touchent tous les français. Ce ne sont pas des excuses acceptables. Le politique doit affronter la réalité. Etre un homme ou une femme politique, ce n’est pas seulement les honneurs mais c’est bel et bien une responsabilité pour rendre le réel plus supportable et plus beau. Je suis persuadé que la FNH VIH saura leur rappeler.

Je vous remercie.


**seul le prononcé fait foi**